Noël: la Messe de Minuit, le Réveillon et la Bûche!
0 (0)

by | Gastronomie, Histoire, Patrimoine | 0 comments

Comme pour bien des enfants, Noël est un moment magique. Alors que nous approchons des “fêtes de fin d’années”, certains souvenirs me reviennent en mémoire.

La Messe de Minuit

Alors que j’attendais fébrilement la venue du Père Noël au matin du 25 Décembre, mais parents et grand-parents s’en allaient assister à la messe dite de minuit, après avoir pris un légère collation.

Je crois me souvenir que la messe n’était pas vraiment à minuit mais plutôt vers 22 heures.

Ne comprenant pas complètement sa signification religieuse, cette messe de nuit (comme on devrait l’appeler) avait pour moi un côté un peu mystérieux.

Signification de la messe de minuit

La messe de la nuit est la deuxième messe du cycle des quatre messes dites pour célébrer la naissance de Jésus à Bethléem (Nativité). Ces quatre messes sont:

  • La messe du soir, dite après le coucher du soleil
  • La messe de la nuit, dite « messe de Minuit »
  • La messe de l’aurore, célébrée avant le lever du jour
  • La messe du Jour

C’est ainsi qu’au cœur de la nuit les catholiques célèbrent le passage des ténèbres à la lumière.

Le Réveillon

De retour à la maison après la messe, mes parents et grand-parents entamaient leur réveillon, habituellement composé de foie gras, huîtres, homards, boudin blanc et bien entendu des vins adéquats. La dinde n’était pas vraiment de tradition.

Rappelons que l’origine du mot réveillon remonte aux temps très anciens où l’on devait rester “éveiller” pendant plusieurs heures après la messe de minuit pour faire bombance!

Notons aussi que la célébration de la Saint Sylvestre, qui n’a aucune connation religieuse, s’appelle également “réveillon” et donne lieu aux mêmes libations et réjouissances gastronomiques!

La bûche de Noël

En parlant de gastronomie, la meilleure partie du repas de Noël était de loin le dessert, incarné par la remarquable bûche de Noël!

Enfant, ce gâteau m’a toujours intrigué, tant par sa forme que par ses décorations.

Il ressemblait en effet un petit tronc d’arbre à l’écorce bien dessinée, avec parfois l’amorce d’une branche, et résultait d’un savoureux mélange de génoise et de crème au beurre!

Diverses décorations étaient plantées dans la crème conférant à la bûche un caractère à la fois mystique et festif.

On y trouvait le plus souvent des petites meringues croustillantes en forme de champignon, un Père Noël, une hache et une scie.

La crème avait des parfums variés. J’avais un faible pour le chocolat!

Mais d’où vient la tradition de la bûche de Noël?

Un coutume païenne à l’origine

L’origine date d’avant le christianisme, et se rapporte au solstice d’hiver.

Pour la nuit la plus longue de l’année, on brûlait une énorme bûche dans l’âtre de la cheminée, selon un rituel différent d’une région à l’autre. Le but de ce cérémonial était de conjurer le mauvais sort et favoriser de bonnes récoltes

Avec l’avènement de la religion chrétienne, et de la concordance du solstice d’hiver et de Noël, la tradition perdure, avec une symbolique different toutefois.

Ainsi la bûche doit brûler au moins 3 jours ou jusqu’à l’Épiphanie (12 jours après Noël).

Petit à petit la tradition disparaît, et vers les années 1870, la bûche se transforme en une pâtisserie!

Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, vers 1945, que la tradition de servir un gâteau en forme bûche pour le repas de Noël se développe en France, mais également dans les pays francophones.

[Total: 0 Moyenne: 0]